Le CNRT vous invite à venir participe à la soutenance de thèse  » Alteration of asbestiform minerals under sub-tropical climate: mineralogical monitoring and geochemistry. The example of New Caledonia » de Jasmine Rita Petriglieri (UNC) – Le 15/12/2017 à 18h00 – UNC Amphi 400

Résumé : Sous climat humide tropical ou subtropical, les processus d’altération supergène sont les principaux responsables de la formation et de la libération des fibres d’amiante dans l’environnement. Plus du tiers de la Nouvelle-Calédonie est recouvert d’unités ultrabasiques altérées, riches en minerai de Ni. L’exploitation minière du Ni doit composer avec la présence d’affleurements d’amiante et de minéraux fibreux de type serpentine et amphibole. Dans ce contexte, les sociétés minières doivent prévenir les risques sanitaires liés à l’exposition environnementale aux fibres minérales. Actuellement, il n’existe pas de technique analytique capable de caractériser instantanément une fibre d’amiante in situ, en fournissant des informations sur la distribution de taille, la morphologie, la composition chimique et le degré d’altération associés. Cependant, la connaissance de tous ces paramètres est nécessaire pour évaluer le risque sanitaire associé à l’exposition. L’utilisation des dispositifs portables tels quel la Microscopie Optique à Lumière Polarisée (MOLP) et la spectrométrie Raman représente la stratégie la plus efficace pour améliorer l’’acquisition et l’interprétation des données, y compris pour les échantillons fortement fibreux et altérés. De plus, des analyses géochimiques préliminaires ont révélé que l’effet mécanique de la circulation des fluides entre les fibres et lamelles, associé à la lixiviation chimique des éléments à l’interface roche/eau, favorisent la dissociation des fibres et leur libération dans l’environnement. Un focus a été réalisé sur l’antigorite fibreuse, reconnue comme amiante uniquement dans la réglementation calédonienne.