Extrait : Étudier les sous-sols depuis les airs : l’encourageante expérience Ophiostruct – La méthode a été développée par l’université d’Aarhus, au Danemark.Photo CNRT. Mines. Le projet du CNRT a montré que des mesures électromagnétiques par hélicoptère permettent d’en savoir beaucoup sur les gisements de nickel. À quand une campagne à grande échelle ? Voilà trois ans déjà que ce drôle d’oiseau n’a pas survolé le Koniambo, au Nord, le massif de Boulinda, à Poya, ou les massifs du Sud. Et pourtant, chez les mineurs calédoniens, on attendait de ses nouvelles avec impatience. Le programme Ophiostruct, lancé par le CNRT*, a rendu ses résultats définitifs la semaine dernière. C’est dans le cadre de ce projet que trois campagnes de « géophysique aéroportée » avaient été menées en 2015. Au-dessus de chaque site minier, un hélicoptère volant à basse altitude, avait baladé au bout de câbles une gigantesque boucle en métal, de trente mètres de diamètre. Le but : étudier les sous-sols sans poser pied à terre. « La boucle émet un champ électromagnétique…

Article écrit par Charlie René

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial