Extrait de l’article :  La dispersion des métaux de la mine dans les rivières et le lagon

Une cinquantaine de scientifiques ont mené deux études, sous l’égide du CNRT, centrées sur le massif du Koniambo. Objectif
: étudier la dispersion des métaux de la mine dans le lagon par les rivières et l’air. Conclusion : dans les latérites, les
concentrations en métaux sont relativement élevées. Dans les sédiments des rivières, elles sont plus faibles. Et dans les sédiments du lagon, elles sont encore plus faibles. Bref, plus on s’éloigne, de la côte vers le récif, plus la concentration en métaux diminue dans les sédiments. Par contre, l’inverse est constaté pour la biodisponibilité, c’est-à-dire les métaux susceptibles d’être captés par les organismes vivants. Mais cela ne veut pas pour autant dire que l’on a nécessairement une augmentation de la dangerosité, car les concentrations en métaux diminuent. Enfin, une découverte surprenante : lorsqu’ils sont présents à des concentrations faibles mais légèrement supérieures à celles que l’on rencontre dans le milieu, certains métaux – le nickel mais aussi le manganèse – s’avèrent plutôt bénéfiques pour les coraux en termes de croissance et d’activité photosynthétique. L’explication est que ces métaux sont nécessaires à la fabrication de certaines enzymes

  • Télécharger l’article NCNickel n°11 du 07/19 « La dispersion des métaux de la mine dans les rivières et le lagon » : 072019 Art. METAUX NCNICKEL_N11
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial